Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 19:05

undefinedLe cardinal est utile si vous souhaitez faire une action autre que la carte bonus (dans ce cas le professeur est généralement moins coûteux), particulièrement une œuvre dans une stratégie « saltimbanques » ou un bâtiment dans une stratégie « architectes ».

Il permet aussi de faire plus facilement une œuvre dès le premier tour sans sacrifier vos autres actions (notamment l’achat de personnages et de libertés, assez tendu en début de partie) et d'être assez concurrentiel sur le bonus de meilleur oeuvre.

Il joue principalement sur la dynamique de développement de votre plateau de jeu et se combinera par exemple très bien à un rush architecte/bâtiments puis paysages pour lancer une
Princesse très rapidement.

Repost 0
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 19:05

undefined
Le marchand est principalement utilisé pour acquérir des saltimbanques lors de l'enchère suivante mais peut se révéler fort pour revenir au score si vous êtes à la traîne. Jusqu'au tour 5, il risque d'être assez bataillé. Dans les 2 derniers tours, vous utiliserez plus probablement son pouvoir secondaire.

Attention par contre à ne pas laisser l'enchère A1 du joueur ayant le marchand (au tour suivant donc) à une offre basse simplement parce qu'elle lui est acquise: il pourrait alors opter de payer en florins et prendre à la place des points.

Il aide plus principalement les joueurs planifiant de belles œuvres dans les derniers tours et désavantage les «
architectes » qui marquent plus en début/cours de partie.

Repost 0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 17:48
undefined
La muse permet d’améliorer la valeur de vos œuvres produites ce tour. Elle parait vraiment puissante dans les premières parties (elle l'est mais pas à n'importe quel prix) et concentre souvent toutes les attentions (on comprend pourquoi ci-contre, il y a de quoi être inspiré ;-).

Tout comme les
cartes bonus, elle sera efficace :

- pour le bonus de meilleure œuvre (elle concurrence ainsi fortement l’avantage des saltimbanques)

- pour réussir à réaliser plus d'oeuvres en passant plus facilement le seuil minimum (et plus particulièrement si vous en profitez pour produire 2 œuvres ce tour).



Quelle que soit votre stratégie, elle pourra vous être utile: dans une stratégie "architectes" ou "paysages" pour votre dernière plus belle oeuvre (avec éventuellement des cartes bonus); dans une stratégie "saltimbanques" pour largement dépasser le seuil minimum d'une "mauvaise" oeuvre ou conforter une belle oeuvre; enfin dans une stratégie mixte pour concurrencer la Princesse ou les saltimbanques.

Elle devient intéressante à partir du tour 3 seulement pour une somme minimum (elle peut s'appliquer à 2 oeuvres moyennes). Au tour 4, elle correspond à une carte bonus moyenne. Aux 3 derniers tours, elle remplace une carte bonus forte (voire une double) et
les batailles deviennent souvent âpres: comme pour un saltimbanque, assurez-vous que les enchères montent suffisamment pour contrer son pouvoir. Attention par contre à ne pas vous enflammer!
Repost 0
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 16:42


Les cartes de prestige valent de 3 à 8PP, ce qui correspond à peu près à une oeuvre moyenne. Autant en acquérir une tôt dans la partie permet de l’inclure dans ses plans, autant en approchant de la fin, on se remet plus au hasard (particulièrement au dernier tour).


Il y a 2 types de cartes de prestige :


- les conditionnelles (au nombre de 5): si vous remplissez la condition, vous avez les points. Elles vous poussent souvent à une acquisition superflue (3ème liberté pour la carte "avoir les 3 libertés", 3ème paysage pour la carte "avoir les 3 paysages"...) dans votre planification.


- les concurrentielles (au nombre de 9): le condition est ici comparé aux plateaux adverses (avoir le plus de...).


Pour la
stratégie le plus d'oeuvres: Vous visez "le plus de saltimbanques" ou "le plus d’œuvres", toutes les deux concurrentielles. La carte "3 libertés" vous intéressera éventuellement si vous avez déjà acquis 2 libertés et que la 3ème est encore disponible.

Pour la
stratégie Architectes: "2 grand bâtiments", "le plus de bâtiments", "le plus d’architectes" ou "le plus petit nombre de cases libres" sont des cibles de choix.

Pour la
stratégie Paysages: "3 types de paysages", "le plus grand nombre de lacs" / "le plus grand nombre de forêts" / "le plus grand nombre de parcs" (en fonction de vos paysages de prédilection), "le plus de paysages" et "le plus petit nombre de cases libres" seront à privilégier.

Pour la
stratégie plus belles oeuvres: en fonction de vos orientations, cette stratégie permet de remplir les conditions d’une majorité de cartes prestige (8 sur les 14) : "3 types de paysages", "le plus grand nombre de lacs", "forêts", "parcs", "au moins 1 architecte, 1 saltimbanque et 2 paysages", "3 libertés", "le plus de paysages" ou "au moins 4 bâtiments, 2 libertés et 4 oeuvres".
 
Vous ne pouvez pas vraiment espérer gagner dans le jeu de base sans avoir au moins 6 cartes (oeuvres et prestige cumulées). Avec l'extension "Muse et Princesse", le
Professeur introduit un plus grand nombre de cartes prestige en jeu. Le nombre de cartes prestiges conditionnant les contraintes que vous vous imposez en terme de développement, à vous de gérer la difficulté de votre partie en fonction de vos acquisitions (faciles ou non) aux enchères.

Ne négligez pas la défausse et l'information de la pioche de cartes prestige pour orienter le rythme de vos acquisitions :


  • imaginons que vous piochez en début de partie les 3 cartes prestige qui vous intéressaient, gardez-en une, placez en une autre sur le haut de votre défausse, et la suivante avec les 2 restantes. Il y a 9 cartes "inintéressantes" sur le dessus de la pioche. Vous devez laisser passer un tour d'enchère sur le prestige (la prochaine pioche devient alors 4 cartes "inintéressantes" plus la première utile pour vous), puis visez en priorité de piocher 2 prestiges de suite (la première série de 5 cartes vous permet de récupérer la deuxième carte prestige intéressante, et la deuxième série de 5 cartes la dernière carte prestige visée).

  • au contraire, si vous n'avez que aucune carte prestige satisfaisante, contre mauvaise fortune bon coeur, ré-insistez dessus dès les 2 prochaines pioche de prestige (et passez votre tour sur la 3ème).
Repost 0
17 mai 2008 6 17 /05 /mai /2008 16:02

Une carte bonus rembourse souvent le prix d’achat (300 florins) sans pour autant rendre le sacrifice d’action rentable. La meilleure utilisation est donc d’aller chercher la plus belle œuvre grâce à elle et les 3 points de prestige associés.

Cumulez avec votre reliquat d'actions des cartes bonus pour les tours où vous serez dans les dernières positions à jouer: c'est le moment où vous pourrez le plus vous assurer de remporter le bonus de meilleure oeuvre du tour.

Une autre utilisation de la carte bonus est de permettre de dépasser le seuil minimum du tour pour réaliser toutes ses œuvres en main (c’est primordial pour gagner).


Chaque stratégie a son lot de cartes bonus :

  • Pour la stratégie le plus d'oeuvres (4 sur les 20): "2 par saltimbanque", "1 par carte dans sa main" (une des rares cartes bonus qui peut valoir beaucoup en début partie), "1 par oeuvre posée" et "1 par liberté/saltimbanque"

  • Pour la stratégie Architectes (6 sur les 20) : "1 par bâtiment", "1 par petit bâtiment/paysage", "2 par architecte", "2 par grand bâtiment", "2 par taille de bâtiment", "2 par carte de prestige". Ne négligez pas les cartes bonus pour vous donner du temps : elles permettront en effet de retarder vos constructions jusqu’à l’acquisition de votre 2ème architecte (pour bien optimiser votre Tetris), tout en assurant une dernière « plus belle œuvre » plus tard dans la partie.

  • Pour la stratégie Paysages (5 sur les: 20) : "2 par forêt", "2 par lac", "2 par parc", "2 par type de paysage", "1 par paysage".

  • Pour la stratégie plus belles oeuvres (5 sur les 20) :"2 par liberté", "1 par carte de prestige/liberté", "1 par architecte/lac", "1 par bâtiment moyen/forêt", "1 par catégorie".

Avec l'extension "Muse et Princesse", le Cardinal et le
Professeur peuvent faire venir plus de cartes bonus en jeu. La Muse devient également une "super carte bonus" à partir du tour 4, et devra donc entrer dans vos calculs pour jouer vos cartes bonus.
Repost 0
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 15:31
undefined
Le professeur accroît le nombre de cartes prestige en jeu et les contraintes que vous souhaitez vous imposer. Il ne deviendra alors pas rare d’avoir 2 ou 3 cartes prestiges en fin de partie (plus que 3 est souvent ambitieux).

Privilégiez-le si vous êtes dans une stratégie « architectes »,  « paysages » ou « mixte » où un plus grand nombre de cartes prestiges seront réalisables.
Comme pour l'acquisition de cartes prestige en phase A1, le professeur sera d'autant plus fort que vous êtes seul sur une stratégie typée (et donc sans concurrence).

Par contre, les cartes rapportant de 3 à 8 points de prestige, attention à ne pas vous enflammer dessus si d'autres moyens de marquer des points moins contraints (comme le banquier ou le marchand quand vous êtes dans les dernières positions) sont encore disponibles.


Ne le négligez pas en fin de partie pour avoir une carte bonus (moins forte que la muse mais moins concurrencé à ce moment là) ou une fois votre quota de cartes prestige acquise pour continuer à empêcher les autres joueurs d'accéder à trop de prestige (ou au moins les faire monter aux enchères).

Personnellement, j'aime beaucoup le fait que bien plus de cartes prestige soient en circulation (elles sont presque sous-utilisées dans le jeu de base) ce qui rend la planification encore plus tendu.
Repost 0
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 11:14
Les cartes professions sont au coeur des principales stratégies du jeu (et c'est après tout logique, puisque c'est aussi la thématique). A l'opposé de stratégies "architectes" ou "paysages" assez pauvres en oeuvres et plus anecdotiques (dans les parties à moins de 5 joueurs, ou sans extension), 2 autres stratégies se dégagent, centrées justement sur les cartes profession :

- la stratégie appelée « le plus d’œuvres » ou « saltimbanques », vise à achever de 6 à 8 œuvres, ceci à l’aide des saltimbanques (usuellement 2 ou 3) et des cartes recrutements dans les premières enchères. Le principe en est qu’avec beaucoup de saltimbanques et d’œuvres (en main ou jouées), toute œuvre devient réalisable. On complétera alors les enchères par un ou plusieurs paysages, plus rarement une carte prestige (en espérant obtenir soit « le plus de saltimbanques » soit « le plus d’œuvres »). Une moitié des actions étant occupée à la réalisation d’œuvres, le reste des actions devra être choisi avec parcimonie (les cartes professions en priorité). C’est une stratégie coûteuse en florins du fait des dépenses durant les enchères : prenez pour acquis de transformer l’intégralité de votre première œuvre en argent pour plus de confort. Elle est souvent la plus efficace dans les premières parties, mais reste aussi la plus concurrentielle.

- la stratégie appelée « belles œuvres » ou « mixte » est une stratégie entre la précédente et celle "architectes". C’est la plus courante car la plus facile à adapter et une solution de repli si les enchères ne se passent pas du tout comme prévu. Il s’agit de faire entre 4 et 6 œuvres en prenant le temps de les rendre « belles » (de valeur artistique forte pour le tour en cours). Les enchères seront le plus souvent variées et beaucoup moins contraintes. Ceci vous permettra d’être concurrentiel pour les plus belles œuvres en milieu/fin de partie, et de remplir les conditions d’une majorité de cartes prestige (8 sur les 14). Vous serez le plus souvent aussi l’épine dans le pied de la stratégie « saltimbanques » puisque votre but sera aussi de faire monter le prix sinon d’acquérir des saltimbanques.


Pour ces 2 stratégies, vous devrez acquérir de nouvelles professions: prenez alors une carte profession en toute première action - pour faire ensuite un meilleur choix de liberté ou bâtiment. Une nouvelle carte profession coûte 300 florins et 2 actions (une pour acheter, une pour la réaliser) mais rapporte 1 de valeur artistique par œuvres produites ensuite : elle sera largement rentable à la condition express de la réaliser (même sans bonus de meilleur œuvre). Il est plutôt aisé de faire jusqu’à 5 professions sans se poser trop de questions, plus nécessitera du recrutement et une bonne planification.

 


Les cartes professions initialement distribuées ne vous coûtent qu’une action (celle pour la réaliser) et sont donc beaucoup plus rentable (elles font partie de votre capital départ avec vos florins): quel que soit votre stratégie, vous devrez les réaliser. A vous donc de bien les choisir initialement et de vous adapter alors :


  • si vous avez une liberté ou paysage commun, alors vous planifierez d'acquérir assez vite un architecte pour que la construction potentielle des 3 bâtiments soit alors moins problématique.

  • si vous avez 2 professions d'un même bâtiment (gros ou moyen) alors vous pouvez éventuellement vous diriger vers une stratégie avec une seule construction de bâtiment (sans architecte); prenez alors si possible la 3ème profession avec un paysage ou une liberté commune avec un de ces 2 professions.

  • 2 professions qui partage même paysage/liberté (mathématicien/cartographe, philosophe/juriste/facteur d'orgue, botaniste/dramaturge,  physicien/chorégraphe/médecin, horloger/peintre/poète, alchimiste/compositeur, orfèvre/pharmacien,  fondeur/sculpteur/astronome...) est un bon départ, votre problématique résidera souvent dans la réalisation de la 3ème oeuvre.

  • si vous n'arrivez pas à dégager des concordances claires (en terme de paysage, bâtiment et liberté), orientez-vous vers une stratégie "mixte" beaucoup plus ouverte: vous pouvez quand même le plus souvent prendre un artiste qui partage une liberté avec un autre et un paysage avec le 3ème. Vous réaliserez d'abord les oeuvres qui préparent la liberté puis le paysage (ou l'inverse) pour réaliser finalement l'artiste qui combine les 2.

En conclusion, le choix des professions initiales, l'achat ou non de nouvelles professions et le moment de préparer leur entrée en scène deviendra votre challenge, tout en cherchant d’autres sources de prestige. Bien sûr vous chercherez toujours des concordances dans vos cartes professions mais vous soignerez aussi le déroulement : faire une œuvre ou tel action en cours de partie, c’est se barrer des options (je ne veux pas construire tel bâtiment ou acquérir telle liberté), mais toujours dans l’optique de préparer l’œuvre suivante encore plus belle. C’est maintenant vous le réalisateur !
Repost 0
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 18:02

Les cartes de recrutement donnent 1 de Valeur Artistique (ou VA) à vos œuvres en devenir (c’est-à-dire la moitié du pouvoir d’un saltimbanque) en plus de pouvoir recruter une œuvre adverse. Elle sera donc moins efficace qu'un saltimbanque pour améliorer la valeur d'une oeuvre mais plus polyvalente puisque vous "économisez" une action d'achat de personnage. Elle ne sera par contre pas un bon calcul si vous n'arrivez pas à produire une oeuvre avec avant la fin de la partie.

Pour toutes ces raisons, il est souvent risqué de laisser partir à bas prix les cartes de recrutement: même si vous n'êtes a priori pas intéressé, faites monter son enchère au moins à 500 florins. Dans une stratégie riche en oeuvres (au moins 6 oeuvres), c'est votre deuxième choix en début de partie si vous n'obtenez pas le saltimbanque: par exemple, avec 2 cartes recrutement, 4 cartes personnages et 3 saltimbanques (il vous reste 3 enchères pour paysages et/ou carte prestige), vous avez une valeur d'oeuvre de 12VA, sans satisfaire de pré-requis; avec 2 des 3 paysage/liberté/bâtiment, vous pourrez faire toutes vos oeuvres jusqu'au dernier tour.

Du fait d’un nombre d’oeuvres exposées plus importants et un accès aux personnages plus restreint, ces cartes seront plus utiles et rares (5 en tout) à 4 et 5 joueurs. Ne comptez donc pas sur une valeur décroissante sur les enchères (souvent entre 500 et 800 florins) et ne vous laissez pas surprendre par l'épuisement de la pile.

Avec une carte recrutement en main, soyez attentif à la construction d'un gros bâtiment adverse si vous même vous avez un personnage du même bâtiment: la construction du bâtiment pourrait s'avérer utile car en plus de valoriser votre personnage, il valorisera votre recrutement (de préférence dans cet ordre: votre personnage d'abord, puis recruter celui de l'adversaire pour le poser le plus tard possible).

Attention en effet: recruter et jouer une carte profession forte exposée par un adversaire peut lui permettre de se la réapproprier pour la réaliser à nouveau avec bénéfice en utilisant lui-même un recrutement. Tardez le plus possible (dans la mesure de votre planification) à produire une telle oeuvre pour l'empêcher.

Si vous êtes dernier ou avant dernier au tour 7, n'hésitez pas à acquérir une carte recrutement: vous serez ceux disposant du plus large panel d'oeuvres dévoilées et pourrez très certainement en recruter une pour la produire dans le tour.
Repost 0
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 11:26
undefinedL'extension "Muse et princesse" concentre la philosophie du "Dépenser plus pour gagner plus".Vous avez une enchère de plus à assurer chaque tour donc il vous faudra beaucoup plus surveiller votre niveau d’argent.

Dès lors le banquier parait souvent fort dans les premières parties de l'extension (comme pour la Muse) car il
vous donnera une certaine liberté quand vous manquez d’argent. Mais il faut surtout apprendre à ne pas vous en rendre dépendant.

Son pouvoir final (conversion de florins en prestige) vous permet de vous rattraper un peu si vous avez mal calculé vos rentrées d’argent et peut se révéler bien pratique, mais il ne faut pas non plus trop compter dessus: si vous passez votre partie à accumuler de l'argent en trop pour tout convertir à la fin, vous risquez que quelqu'un vous mette des bâtons dans les roues et fasse fortement monter l'enchère du banquier au dernier tour parce que vous en dépendez. En convertissant (exactement au même taux) en cours de partie en faisant vos oeuvres, vous vous assurez le même nombre de points sans ce noeud final obligatoire. C'est beaucoup moins risqué mais plus tendu niveau gestion de votre fortune. Bref un pouvoir utile mais restez mesuré!

Si vous sentez que des joueurs enchérissant après vous sont en manque d'argent, utilisez le contre eux et n'hésitez pas à aller sur la case 1 du banquier: le plus souvent, on surenchérira mais vous aurez indirectement fait monter l'enchère (au pire c'est toujours quelques florins de gagné).

La force du banquier est de ne pas avoir à avancer d'argent (alors que les autres coûte un minimum de 300 florins) et surtout de vous permettre d'éventuellement repousser la production d'une oeuvre (votre principal moyen de gagner de l'argent) quand cela devient urgent. Anticipez vos dépenses de ce tour et du prochain, et évaluez si vous allez produire une oeuvre ce tour (à privilégier quand vous êtes le dernier dans l'ordre du tour) pour savoir si oui ou non le banquier est utile pour vous.

Certes théoriquement, si on nous laisse complètement le banquier, on a dans l'idée gagné (600 florins converti en 3 points)*7 tours soit 21 points de prestige ce qui reste fort. Mais bien d'autre rôles vous fournissent un meilleur rendement en points de prestige, même un peu plus concurrencés (dans la limite du raisonnable):

  • dès le début de la partie, le professeur avec une carte de prestige (de 3 à 8 points conditionnels) ou le cardinal pour accélérer une belle oeuvre (et espérer ainsi les 3 points de bonus concurrentiels, qui sont toujours mieux à acquérir que 3 points personnels avec le banquier)
  • à partir du tour 3 ou 4, une muse pour quelques florins de plus si vous êtes en position de faire la plus belle oeuvre
  • le marchand dans les derniers tours si vous êtes en dernière position dans des parties à 4 ou 5 joueurs
  • la princesse à partir du milieu de partie avec une bonne mise en place

2 critères restent importants dans les "Princes de Florence", que cela soit dans le jeu de base que dans le jeu avec extension, mais dont l'application est différente:

  • Optimisation: les personnages semblent apporter des moyens de se rattrapper aux branches si le plan se déroule avec accrocs (et le banquier en premier) mais le jeu n'en est pas moins calculateur. C'est le joueur qui commettra le moins de faux-pas qui l'emportera, et vous avez pas mal de nouveaux paramètres à intégrer dans vos calculs.
  • Enchères: vous avez la responsabilité au niveau des enchères de ne pas laisser filer des personnages peu cher (et notamment un banquier à 600 florins ou plus) en allant même si le banquier n'est pas votre premier choix sur la case 0 ou 1 pour grignoter ainsi les quelques florins aux autres et permettront en fin de partie de faire la différence. Prendre au final un banquier à 3 ou 4 devient nettement moins rentable.

Note: Dans des parties à moins que 4 joueurs (là où tout le sel du jeu se révèle pour moi), les enchères seront bien sûr moins disputées et il ne sera pas rare de laisser un banquier à 500 ou 600 florins. Mais la pression d'argent et la concurrence sur certains items étant également moins forte, vous arriverez plus facilement à réaliser des cartes prestige ou des oeuvres supplémentaires (que cela soit par la Princesse ou l'achat de cartes). A vous de gérer ce que vous voulez vous imposer comme contraintes de jeu!
Repost 0
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 19:00
undefined

Dans l'extension "Muse et Princesse", la Princesse renforce les stratégies un peu plus alternatives, pauvres en oeuvres (et en actions requises), qui se concentre sur les bâtiments et/ou les paysages. Grâce aux œuvres virtuelles de la princesse, vous comblerez un manque de cartes personnages ou recrutement, tout en occupant toutes vos actions pour faire des points.

Détaillons une première stratégie, déjà possible dans le jeu de base mais délicate à mettre en place: la stratégie "Architectes".


Cette stratégie capitalise sur les œuvres de départ sans chercher des points de prestige additionnels dans de nouvelles œuvres acquises mais dans la construction et le prestige : on vise ici entre 6 et 8 bâtiments. L’objectif est d’avoir au moins 2 architectes avant que les contraintes de construction ne soient trop fortes, en complétant ses enchères principalement par le 3ème architecte et des cartes prestiges (2 ou 3, en espérant « 2 grand bâtiments », « le plus de bâtiments », « le plus d’architectes » ou « le plus petit nombre de cases libres »).

Une moitié de vos actions va être occupée à la construction de bâtiments, plus les 3 œuvres initiales qui devront remporter le plus souvent le bonus de plus belle œuvre, surtout dans les premiers tours (les bâtiments donnent le bonus le plus important de tous en début de partie). Il ne faut pas négliger les cartes bonus, nombreuses pour les bâtiments, ou le pouvoir de la Princesse, pour vous permettre de retarder les constructions jusqu’à l’acquisition du 2ème architecte. En fin de partie, vous dépenserez toutes vos cartes bonus avec une dernière carte oeuvres, et le pouvoir de la princesse à répétition, pour essayer de remporter le bonus de plus belle oeuvre.

C’est une stratégie de l’économie (et pour fans de Tétris) où vous essaierez de ne pas trop mordre sur votre capital florins de départ afin de convertir vos œuvres entièrement en points de prestige et la Princesse ensuite pour vous alimenter.


En plus de renforcer la stratégie "Architectes", la Princesse  en développe une nouvelle plus accès sur les paysages. La principale problématique est d'occupper toutes ses actions de jeu: autant un architecte peut construire pour 3 points de prestige, autant le paysagiste a moins cette liberté; l'action Princesse vient combler ce manque.

L'idée générale est de prendre 5 paysages plus un architecte pendant les enchères A1, et soit un architecte, soit un paysage, soit un recrutement.

On utilise le Professeur ou le Cardinal dans les premiers tours, puis la Princesse en priorité à partir du tour 3 (au tour 1 et 2, elle est souvent difficilement réalisable ou rentable); si elle devient trop chère, le Professeur est une bonne solution de repli (on peut viser facilement 3 cartes prestige). Pas mal de cartes prestige sont en accord avec cette stratégie: les 3 paysages, le + de paysages, le – d’espaces libres, et éventuellement un des 3 le plus de forêts/lacs/parcs.

Globalement, en phase B, on prend 1 liberté, 3 bâtiments et on réalise les 3 œuvres initiales. Les 3 bâtiments valorisent les œuvres initiales (en plus de valoriser aussi la Princesse). Les actions restantes sont Princesse si on l’a, bonus sinon (que l’on cumulera pour jouer avec notre dernière œuvre donnée initialement).
Au dernier tour, c'est le bouquet final (idéalement) : Princesse et Œuvre avec les cartes bonus accumulées.

On peut détailler différentes variations pour complèter les 5 paysages+1 Architecte:

Option 1 : 2ème architecte

43 cases disponibles, 5 paysages ça fait 20 en moyenne donc il reste 23 cases - assez pour 5 bâtiments s'il n'y a pas trop de gros. Du coup le 2ème architecte pour se permettre de construire 2 bâtiments en action (plutôt que du bonus), tout en valorisant ainsi la princesse.

Avec un scénario : 1 paysage, puis architecte/architecte puis que des paysages aux enchères A1, et 1 bâtiment construit du tour 2 à 6, la princesse vaut par ordre de tour croissant:
6VA(VA pour Valeur Artistique)/10VA/14VA/19VA/24VA/29VA/32VA.

Pour comparer, un joueur avec une stratégie orienté saltimbanques avec 3 saltimbanques, 2 recrutements, 3 persos supplémentaires achetés et la muse au tour 7 (ce qui suppose pas mal de choses quand même), une œuvre complète (avec liberté, paysage et bâtiment) fait : 3*2 (saltimbanques) + 8 (personnages et recrutements) + 10 + 7 (muse) = 31 VA.

S'il n'y a pas de pur architecte, les 2 cartes prestige suivantes deviennent possibles :
- plus de bâtiments
- plus d'architectes

Option 2 : Paysage additionnel

En supposant aux enchères : paysage puis architecte puis que des paysages + 1 bâtiment construit au tour 2 + 1 au tour 3 + 1 au tour 4, la princesse vaut :
6VA/10VA/15VA/20VA/23VA/26VA/29VA.

Option 3 : 1 recrutement (qui vise la liberté acheté et un des 3 bâtiments construits).

En supposant 1 paysage/1 architecte/recrutement/4 paysages, et 3 bâtiments construits au tour 2, 3 puis 4, la princesse vaut :
6VA/10VA/13VA/18VA/23VA/26VA/29VA

On utilise plutôt cette option surtout si on joue sa première œuvre au tour 1 (liberté+paysage soit 9VA, qui modulo le cardinal peut être une possible meilleure œuvre). Mais son défaut est qu'il faut du coup réaliser 4 œuvres au total.

Quelles que soient les options, dès le tour 3, la Princesse est rentable; si elle remporte une fois une meilleure œuvre, c'est toujours bon à prendre (son défaut reste de ne pas pouvoir être amélioré par les cartes bonus). Elle permet donc de vider le trop plein d’actions d’une stratégie paysages (qui n'est de ce fait pas viable dans le jeu de base). De manière analogue à la stratégie "Architectes", 2 des 3 cartes initiales devront être joué rapidement (car on plafonne facilement à 13-14 de VA même avec des œuvres complètes) et la dernière possiblement avec du bonus.

3 paysages en bonus princesse (+9VA) concurrencent 3 saltimbanques et une liberté (+9VA aussi). Et dès qu'un architecte et un bâtiment a été construit (soit +4VA), on a l'équivalent d'un bonus bâtiment pour l'oeuvre aussi. Cela devient donc très compétitif, avec une contrainte enchère parfois moins forte (on peut raisonnablement avoir 1 des 3 paysages pour peu cher, si on se fiche du paysage, que l'on prend souvent en double ou triple pour le bonus de 3 points de prestige ou pour s'accorder avec nos cartes de prestige).

Repost 0