Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 16:33
A l'exception du Tsar, tous les artisans sont présents en 6 exemplaires dans la pioche. Les artisans seront notre source principale d'argent (qui permet indirectement de marquer les points) et il est fondamental de ne pas perdre de vue leurs achats systématiques jusqu'à au moins avoir une bonne vingtaine de roubles de revenu.

Sankt Petersburg a une dynamique singulière: à la fin du tour des artisans, on aura la principale source d'argent pour ses dépenses, non jusqu'à la fin d'une manche, mais jusqu'à la fin du tour suivant des artisans. On est alors dans une première partie souvent trompé par ce décalage. Il est ainsi bon de créer les trous pendant la phase d'échange de la manche précédente pour s'assurer d'avoir un artisan à acheter (et les finances).

Le bûcheron est l'artisan avec un retour sur investissement le plus rapide: il se rembourse en effet à la fin du tour où il est acheté. Il sera alors bataillé, et pris en premier choix, ce qui limitera souvent les réductions possibles ensuite.

Le bûcheron est une carte orientée uniquement argent car il n'y aura qu'un intérêt tactique à l'améliorer: en effet, il y a une unique carte d'échange associée, qui donne une réduction de 1 pour toute pose de bâtiment ou d'échange de bâtiment. Et plusieurs joueurs investiront dans un bûcheron et pourront être intéressé.

Ce qui est intéressant dans Sankt Petersburg, c'est que les leviers pour valoriser telle ou telle carte sont différents en fonction de leur coût et de leur type:

- les artisans comme source d'argent, avec cartes d'échange typées et parfois multiples, dont l'intérêt varie suivant le coût initial de l'artisan

- les bâtiments comme source de points, avec cartes d'échange non typées et uniques, basculant les bâtiments vers un mix argent et points

- les nobles hybrides, avec cartes d'échange non typées et uniques, basculant les nobles notamment vers les points

Je trouve que c'est vraiment une belle mécanique!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Grunt 07/05/2008 09:57

@Enguerrand:
Oui c'est l'exemple type d'un jeu win-to-win (plus on gagne, et plus on a des moyens de gagner encore) où le moteur principal est l'argent (même s'il faudra l'avoir converti en points avant la fin): un mauvais départ et c'est la chute.
@DAM:
Oui c'est vrai que j'aime beaucoup l'esthétique (qui divise parfois) qui est très typé! Bien sûr je compte faire plus d'articles (notamment 1 sur les bâtiments, probablement chaque artisan, l'observatoire, la maîtresse de cérémonies...).
Merci pour vos commentaires, c'est encourageant :)

DAM 07/05/2008 07:06

... on pourrait également ajouter que comme les autres cartes de SP, elle est singulière et très belle. Ce n'est elle qui m'avait le plus interpellé au premier abord, mais plutôt l'observatoire. En tout cas, je suis content de voir que vous en veniez à ce jeu que je viens d'acheter et devrais tester dans le week-end. Au passage, c'est toujours un plaisir de lire ces articles, surtout sur les jeux comme RFTG et Metropolys, et maintenant SP, que je possède déjà. Riche idée que ce site.

Enguerrand 06/05/2008 19:51

Un vrai bon jeu (si je peux m'exprimer ainsi), pas le coup de foudre lors des premières parties, mais certainement l'un des jeux auxquels j'ai le plus joué, et toujours avec plaisir.

Malheureusement, c'est un jeu d'"expérience", et un joueur expérimenta battra sans soucis un novice. En particulier, le rythme du jeu (argent avec les artisans puis pénurie à gérer lors des manches suivantes) est très particulier et difficile à prendre en compte lors de la première partie, ce qui n'est pas gênant entre joueurs qui découvrent le jeu, mais très déséquilibrant sinon.